Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 17:09

Ecole Guélougpa


Le Grand Livre de la Progression vers l'Eveil
Tomes 1 et 2
Djé Tsong Khapa
traduit par Georges Driessens,
Editions Dharma, paru le 3 septembre 1999




Présentation de l'éditeur
Tsongkhapa, fondateur de la tradition Géloug au Tibet, écrivit cet ouvrage en 1402. Il constitue l’un des écrits majeurs de l’enseignement bouddhiste tibétain. Ce trésor d’instruction et d’expériences méditatives enseigne les voies progressives menant à l’éveil, en commençant par le pratiquant débutant jusqu’au pratiquant supérieur.


Quatrième de couverture
C'est en 1402 que Tsongkapa (1357©1419), le fondateur de la tradition Géloug du bouddhisme tibétain, termina son ouvrage "Le Grand Livre de la Progression vers l'Eveil" ou "Etapes de la Voie vers l'Eveil Révélant l'Ensemble des Degrés de la Pratique des Trois (sortes de) Personnes", plus connu sous le nom de "Grand Livre" ou "Grand Exposé des Etapes de la Voie" (lam rim chen mo), une somme consacrée au chemin bouddhique selon le Grand Véhicule depuis l'entraînement initial en vue d'objectifs limités jusqu'à l'ascèse dont l'aboutissement est la plénitude d'un Eveillé. Ce texte a pour source principale "la Lampe sur la Voie de l'Eveil" (Bodhipathapradipa), un court traité sur le même thème composé par Atisha (962©1054). Le "Grand Livre" comporte : une partie introductive sur les bases de l'entraînement - vie d'Atisha, grandeur de la Loi, modes d'approche, servir l'ami de Lien, comprendre la valeur d'une vie humaine pleinement disponible - suivie de la présentation classique en trois sortes de pratiquants : l'inférieur, qui est concerné par l'obtention d'existences heureuses et dont la pratique est orientée vers les réflexions sur la mort, l'impermanence, les destinées douloureuses, la prise de refuge dans le Triple Joyau et la causalité. Le pratiquant intermédiaire qui aspire à se libérer du cycle des existences prend pour thèmes premiers de sa méditation la souffrance et son origine - l'ignorance et les perturbations intérieures - ainsi que la production dépendante. Enfin, le pratiquant supérieur se concentre en priorité sur l'esprit d'éveil - l'aspiration au plein épanouissement d'un Eveillé pour le bien des êtres - les six perfections - générosité, éthique, patience, persévérance, méditation et sagesse - tout en ne négligeant en rien les contemplations propres aux deux premiers types de disciplines. Suite à un exposé détaillé des quatre premières perfections, ce premier volume s'achève sur une brève définition de la méditation stabilisatrice et de la sagesse - la connaissance de la vacuité d'être en soi - dont le traitement forme la substance du second et dernier volume du "Grand Livre".



Atteindre l'Eveil
Yangtsé Rinpoché
Editions Vajra Yogini, paru octobre 2001





Enseignements donnés en 1999 sur la “voie progressive qui mène à l’Illumination” (Lam Rim). Le Lam Rim, dont l’origine remonte à Atisha (XIème siècle), présente les étapes successives de la voie spirituelle des trois types de pratiquants (inférieur, moyen et supérieur), afin qu'elles puissent être facilement mises en pratique. C’est un résumé parfait de tous les enseignements du Bouddha Shakyamouni et de leurs commentaires. Broché 16 x 24 - 296 pages



La Voie de la Félicité
Sa Sainteté le Dalaï Lama
Editions Pocket, paru le 04/03/1999







Quatrième de couverture

Avec ce véritable guide de développement spirituel, Sa Sainteté le Dalaï-Lama commente pour le première fois un enseignement millénaire, le "Lamrim", une technique de méditation héritée du grand saint tibétain du XIe siècle Atisha, visant à se libérer de la souffrance. Progressif et empirique, cet enseignement est accessible à tous et n'exige du débutant aucun entraînement préalable.

Dans ce livre inspiré, le Dalaï-Lama propose un itinéraire spirituel oriental à l'usage des Occidentaux, guidant chacun d'entre nous dans le voyage intérieur vers sa "nature de Bouddha".




25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 09:26



Le lamrim, terme tibétain employé pour désigner les étapes graduelles de la voie vers l’éveil, reprend les enseignements du Bouddha pour les proposer au pratiquant sous la forme d’un tout cohérent, rationnel, fonctionnel et évolutif.









Atisha,  962-1054


C’est Atisha, saint et érudit indien, qui, invité au Tibet pour aider à restaurer le bouddhisme alors sur le déclin, le premier composa ce type de texte condensant tous les aspects du chemin vers l’éveil. Son texte, La lampe pour la Voie (skt. Bodhipathapradipa) servit de base trois siècles plus tard à l’œuvre majeure de lama Tsong Khapa, le lamrin tchènmo (Grand Exposé des Etapes sur la Voie). Djé Tsong Khapa, à la fois grand érudit et fameux yogi qui écrivit d’autres lamrims plus ou moins longs et concentrés (dont un sur la voie des tantras, le nagrim tchènmo), fut à l’origine de la tradition guéloug à laquelle tous les Dalaï Lamas ont été affiliés.












Djé Tsong Khapa, 1357-1419

Le lamrim s’adresse aux trois sortes de pratiquants, dits de capacités initiale, intermédiaire et supérieure, c’est-à-dire à ceux qui souhaitent préparer de meilleures vies futures, ceux qui veulent se libérer du cycle des existences et enfin ceux qui désirent devenir des bouddhas pleinement éveillés et ainsi œuvrer inlassablement aux bonheurs temporel et ultime de tous les êtres sans la moindre exception.

De manière empirique, le lamrim aide le pratiquant à progresser sur la voie grâce à la lecture et l’écoute de l’enseignement correspondant, à la réflexion qu’il en fait et à la méditation qui lui permet d’intégrer le sujet abordé.

 

Après avoir réfléchi et médité sur les qualités de l’enseignement et les façons de l’aborder, sur l’ami spirituel qui, fondement de la voie, guide le disciple, et sur sa précieuse renaissance humaine si rare et si difficile à obtenir, le pratiquant continue d’avancer en abordant les sujets liés à la capacité initiale :

-     l’impermanence et la mort (sa certitude, son moment incertain et ce qui aide au moment de la mort),

-     les renaissances inférieures et leurs insupportables souffrances : renaître en être infernal, en esprit avide et en animal,

-     le refuge bouddhiste : les qualités du Bouddha, du Dharma (son enseignement) et du Sangha (la communauté de pratiquants), et les instructions à respecter,

-     le karma, c’est-à-dire les actions du corps, de la parole et de l’esprit, et leurs fruits ; autrement dit la loi de causalité.

 
Quand il se sent déterminé à ne pas gâcher un seul instant de sa vie en créant des karmas négatifs qui résulteront un jour ou l’autre en souffrance, le pratiquant du lamrim se tourne alors vers les points abordés avec la capacité intermédiaire, à savoir :

-     les désavantages du cycle des existences,

-     les souffrances des renaissances dites supérieures (humaines, semi divines et divines),

-     l’origine de la souffrance et le mode d’existence des perturbations,

-     les 12 liens de la production dépendante.

 

A cette volonté de s’affranchir de toute souffrance liée aux existences cycliques, le pratiquant devient « supérieur » dès lors qu’il engendre l’esprit d’éveil ; pour ce faire, sur la base d’une parfaite équanimité, il intègre :

-     les six causes et un effet,

-     l’échange de soi avec autrui,

-     la perfection de la générosité (don de l’enseignement, de la protection et de biens matériels)

-     la perfection de l’éthique (éthique des voeux, éthique de l’accumulation d’énergies positives et
éthique accomplissant le bien des êtres),

-     la perfection de la patience (sa nature et l’acceptation de la souffrance),

-     la perfection de l’énergie (sa nature et comment la pratiquer),

-     la perfection de la méditation (la réalisation du calme mental ; samatha en sanskrit, shiné en tibétain),

-     la perfection de la sagesse (la vue profonde ou vision pénétrante qui réalise le non-soi ; vipassana en sanskrit, lhagtong en tibétain),

-     l’entraînement dans les 4 moyens : le don, les bonnes paroles qui révèlent les perfections, les instructions à la pratique et une conduite harmonieuse.

 

Il existe maintenant de très bons livres en français qui détaillent et commentent le lamrim, apportant ainsi au pratiquant une aide précise, documentée et fiable. Il pourra notamment se référer à diverses publications liées à l’école guélouk :

-     Le Grand Livre de la Progression vers l’Eveil (deux tomes) de Djé Tsong Khapa, aux Editions Dharma, reprend en détail, point par point, tous les sujets du lamrim tchènmo. Ce double volume est une aide précieuse pour quiconque souhaite étudier et méditer les étapes de la voie, que ce soit au quotidien ou en retraite.

-     Atteindre l’Eveil de Yangtsé Rinpoché, aux Editions Vajra Yogini. Transcription d’enseignements sur le lamrim donnés à l’Institut Vajra Yogini, cet ouvrage aborde toute la voie avec clarté et simplicité, dans un langage moderne parfaitement adapté à la culture occidentale.

-     La Voie de la Félicité de Sa Sainteté le Dalaï Lama, aux Editions Ramsey (existe en édition Pocket). Véritable guide de développement spirituel, ces enseignements inspirés montrent de façon empirique comment se libérer de la souffrance et de ses causes.

-     L’Energie de la Sagesse des lamas Thoubtèn Yéshé et Zopa Rinpotché, aux Editions Vajra Yogini. Une bonne partie de cet ouvrage retranscrit un cours de méditation sur le lamrim donné par le lama Zopa Rinpoché aux Etats-Unis lors de son premier voyage en Occident, en 1974. C’est un ouvrage de référence qui en est à sa 4e édition.

-     L’Essence la Voie vers l’Eveil, de lama Samten, aux Editions du centre Paramita. Lama Samten adapte le lamrim traditionnel à notre époque actuelle pour inspirer ceux qui découvrent le bouddhisme pour la première fois, ceux qui pratiquent régulièrement et ceux qui montrent un grand intérêt pour le développement de leur spiritualité malgré une religion ou une culture différente.

 

On trouve dans les autres écoles tibétaines du bouddhisme des ouvrages exposant la voie de façon graduée, comme :

-     Le Chemin de la Grande Perfection, de Patrul Rinpotché, aux Editions du Cerf. Ce maître dzogchen de l’école nyingma expose de manière directe, vivante et détaillée les pratiques préliminaires au travers d’enseignements fondamentaux sur le Véhicule de Diamant ( ou Vajrayana), dont il explicite l'essentiel en termes clairs et simples.

-     Le Précieux Ornement de la Libération, de Gampopa, un des pères de l’école kagyu, aux Editions Padmakara. « Un guide pratique et direct pour l’entraînement de l’esprit…, un subtil condensé des paroles du Bouddha et des traités composés par les maîtres éveillés de jadis » - Péma Rinpotché.

-     Lamdré, « la Voie incluant les Fruits » : deux volumes édités par le centre Sakya Ngor Ewam Phende Ling. Il s’agit d’un cycle d’enseignements complet transmis de nos jours par les maîtres de l’école tibétaine sakya. Basé sur les tantras d’Hévajra, le lamdré éclaire les différentes étapes de la pratique vers l’éveil parfait d’un Bouddha.

Philippe Penot

Published by ADN11 - dans Enseignements
commenter cet article
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 16:44

Le Mot de l'éditeur : "La grande paix de l'esprit"

La Grande Paix de l'Esprit retrace le chemin spirituel dans son intégralité, depuis les notions d'éthique qui forment le socle commun à toutes les religions et à tous les hommes épris d'humanisme, jusqu'aux enseignements les plus élevés du Dzogchen, en passant par la philosophie bouddhiste fondamentale qu'est la compassion.
Invité en l'an 2000 à Lérab Ling, dans le Languedoc, le dalaï-lama a livré les principes clés du bouddhisme devant une assistance de dix mille personnes en même temps qu'il commentait, avec une érudition et une clarté remarquables, le texte magistral du maître tibétain du quatorzième siècle, Longchen Rabjam dit Longchenpa : Trouver le confort et l'aise dans la méditation de la Grande Perfection.
De cette rencontre entre deux maîtres éminents du bouddhisme tibétain, Sogyal Rinpoché a dit :
«Nous avons tous été touchés par la profondeur, la pertinence et la limpidité de ces enseignements ; certains ont d'ailleurs affirmé qu'ils étaient parmi les plus remarquables qu'ils aient eu l'occasion d'entendre. Avoir pu recevoir ces enseignements du dalaï-lama fut un événement exceptionnel dans la vie de toutes les personnes présentes.»

Imprégné de l'ambiance chaleureuse de l'événement, ce livre d'une grande fluidité, directement issu de la transmission orale du bouddhisme tibétain, est plein de vitalité. Il offre au lecteur une dimension inédite de l'esprit du dalaï-lama, en même temps qu'il lui propose une vision panoramique de l'enseignement du Bouddha.

Ouvrage sous la direction de Patrick Gaffney
Traduit du tibétain en anglais par Matthieu Ricard, Richard Barron et Adam Pearcey
Traduit de l'anglais par Virginie Rouanet et Philippe Cornu
Texte-racine traduit du tibétain en français par Philippe Cornu


Fiche détaillée : "La grande paix de l'esprit"

Auteur Dalaï Lama XIV
Editeur Table Ronde
Date de parution 03/07/2008
Collection Chemins De La Sagesse



Le Mot de l'éditeur : "Dzogchen"

Cet ouvrage rassemble plusieurs enseignements donnés par le Dalaï Lama sur le Dzogchen, cette méthode de contemplation pure héritée par le bouddhisme de la tradition primordiale. Les conférences ont été prononcées dans les années 1980, de Paris à San José (Californie), en passant par Londres et Helsinki.

Le Dzogchen est une voie directe pour retrouver la pureté originelle de l'esprit, vécue comme félicité et vacuité. L'unité de l'état de pureté primordiale et de présence spontanée est nommée rigpa. Cette pratique rejoint les plus hauts niveaux du yoga tantrique et s'apparente au zen, tout en s'en distinguant historiquement.

Fiche détaillée : "Dzogchen"

Auteur Dalaï Lama XIV
Editeur Points
Date de parution mars 2005
Collection Points Sagesses



Le Mot de l'éditeur : "Dzogchen et tantra"

Le Dzogchen, ou voie de la Grande Perfection, est considéré comme l'enseignement suprême de la tradition Nyingmapa, c'est-à-dire de la plus ancienne et la plus ésotérique des écoles du bouddhisme tibétain. Il conduit à appréhender directement sa véritable nature, à atteindre la transparence totale de l'esprit et à maintenir cet état de clarté dans la vie quotidienne. Pour accomplir ce retour à la conscience primordiale, méditation et yoga offrent des voies privilégiées, que nous expose ici Namkhaï Norbu Rinpoché. Nul ne peut pratiquer réellement le Dzogchen s'il n'est d'abord reçu par un maître, mais chacun peut par ce texte découvrir les enseignements les plus élevés du bouddhisme tibétain.


Fiche détaillée
:
"Dzogchen et tantra"

Auteur Namkhai Norbu Rinpoché
Editeur Albin Michel
Date de parution avril 2006
Collection Spiritualites Vivantes Poche, numéro 135
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 16:04


Dictionnaire Encyclopédique du Bo
uddhisme
- Philippe Cornu

éd. du Seuil, mai 2001 (nouvelle édition augmentée en 2006)



Résumé
Composé d'articles de fond, cet outil de consultation, d'information et de recherche embrasse toutes les formes de bouddhisme existant dans le monde et fait le point sur l'ensemble des connaissances disponibles à la fois dans les traditions bouddhiques et dans les travaux occidentaux sur le bouddhisme.

Présentation de l'éditeur
Ce dictionnaire concerne toutes les formes de bouddhisme existant dans le monde asiatique et ailleurs. Il répond à l'intérêt religieux et intellectuel porté au bouddhisme, et il a été conçu comme un outil de consultation, d'information, de travail et de recherche à destination non seulement des étudiants en bouddhisme, en philosophie, en anthropologie et en sciences des religions, mais également d'un large public intéressé par les divers aspects du bouddhisme.
Il se propose de faire le point de l'ensemble des connaissances disponibles à la fois dans les traditions bouddhiques elles-mêmes et dans les travaux occidentaux sur le bouddhisme.
Ce dictionnaire est fait d'articles de fond. Outre les notions reçues en français («vacuité», «agrégat», «impermanence»...), ont été retenus les termes courants dans les principales langues de référence du bouddhisme : sanskrit (pâli), tibétain, chinois, japonais. Pour chaque entrée est donné l'équivalent dans les autres langues de référence.
Dans ce dictionnaire, on trouvera :
. les grands concepts philosophiques et spirituels du bouddhisme envisagés selon les points de vue des différentes écoles existantes ;
. l'histoire du bouddhisme dans les différentes contrées et cultures asiatiques ;
. la biographie des grandes personnalités qui ont marqué le bouddhisme (auteurs de traités, principaux mystiques, fondateurs d'écoles, souverains qui ont soutenu l'implantation du bouddhisme en leur pays...) ;
. des monographies sur les grands textes du bouddhisme ;
. l'iconographie des bouddhas, bodhisattva et déités ;
. l'art bouddhique dans les différentes régions asiatiques ;
. un index des termes dans les différentes langues du bouddhisme. Un système de renvois permet de «naviguer» dans la constellation des mots qui concerne chaque rubrique. Une importante bibliographie, des cartes, des schémas, des illustrations couronnent l'ensemble.

Un dictionnaire unique en son genre, sans équivalent aujourd'hui en France et dans le monde.


Extrait de "La Lettre de l'UBE" n° 10 - juin 2001
Nous sommes heureux de pouvoir enfin évoquer un travail dont nous suivions la réalisation depuis plus de deux ans : le Dictionnaire encyclopédique du Bouddhisme que Philippe Cornu vient de publier, en mai dernier, aux éditions du Seuil.

Cet ouvrage monumental, de plus de 800 pages, comble un vide que nous regrettions tous. Il constitue la première tentative, en langue française, de recensement des connaissances disponibles sur l'ensemble des formes du bouddhisme. Le pari pouvait sembler fou... et il l'était ! Comment un seul homme peut-il prétendre réaliser une telle entreprise ? La grande érudition de son auteur n'y aurait pas suffi. Il y fallait en plus un esprit de synthèse, des qualités de lecture et d'écriture - une grande humilité, surtout - que Philippe Cornu possède aussi.

L'un des grands avantages de cet ouvrage est qu'il allie, pour la première fois, la démarche scientifique et la connaissance interne du bouddhisme. Philippe Cornu a su, grâce à sa propre pratique et à une fréquentation déjà ancienne des enseignants bouddhistes, faire place aux deux visions, académique et traditionnelle. Loin de s'arrêter aux contradictions qui pouvaient apparaître entre elles, il a su, au contraire, en profiter pour proposer une approche la plus complète possible.

Le nombre des informations y est considérable : on trouvera des explications d'une grande clarté sur les notions importantes et les grands concepts du bouddhisme, véritables articles de fond qui, chaque fois qu'il est nécessaire, tiennent compte des différentes approches : indienne, chinoise, japonaise, comme celles du sud-est asiatique ou encore du Tibet. L' histoire, la biographie des grandes personnalités, des monographies sur les grands textes du bouddhisme, l'iconographie, les monuments les plus importants y sont aussi présentés.

Précisons encore l'importance des annexes : liste des principaux ouvrages bouddhiques sanskrits, pâlis, chinois, japonais, tibétains... index des noms propres de personnes, de déités et de lieux, un grand lexique général des termes bouddhiques, d'abord présentés en sanskrit avec leur traduction, puis sous la forme de tables de correspondance des différentes langues avec le sanskrit.

Bien sûr, la formation initiale de Philippe Cornu, centrée essentiellement sur le bouddhisme indo-tibétain, lui fait accorder une place particulièrement importante à cette forme du bouddhisme. Mais qui le regrettera ? La complexité du bouddhisme tardif et de sa symbolique, l'abondance de sa littérature et l'excellente connaissance que Philippe Cornu en a acquise méritaient ces développements.

On peut regretter que l'éditeur, peu sensible semble-t-il à l'ampleur de la tâche, n'ait pas voulu confier ce travail à une équipe. Saluons malgré tout sa volonté de proposer un volume au poids raisonnable et dont le tarif - pour un travail aussi considérable - reste assez abordable.

Bien que Philippe Cornu n'ait pas hésité à demander conseil à plusieurs spécialistes, il restera donc encore des améliorations à apporter à l'ouvrage. Lui-même le reconnaît dans son introduction : "cet ouvrage ne saurait prétendre à l'exhaustivité. C'est plutôt un début qui appelle un développement ultérieur (...) Toutes les suggestions et critiques pertinentes seront les bienvenues pour améliorer et étayer ce dictionnaire lors de futures éditions que nous appelons de tous nos souhaits".

Tel qu'il est, de l' "Abandon des quatre attachements" jusqu'au maître chinois "Zongmi", ce Dictionnaire encyclopédique du Bouddhisme n'en constitue pas moins un livre incontournable, qu'on peut acquérir sans attendre, et qui a le mérite de relancer les travaux de la bouddhologie française. Par cet ouvrage, Philippe Cornu montre la place de tout premier rang qui est la sienne parmi les "spécialistes du bouddhisme".

Présentation

  • : Bouddhisme dans l'Aude
  • Bouddhisme dans l'Aude
  • : Actualité bouddhiste dans l'Aude, toutes traditions réunies, quelques réflexions sur les liens entre bouddhisme et sciences, un rappel sur la voie graduelle et des conseils bibliographiques
  • Contact

Le vrai bonheur ne dépend d'aucun être, d'aucun objet extérieur. Il ne dépend que de nous.

Sa Sainteté le Dalai Lama